Le « Westhinder II » de Zeebrugge sauvé pour « moins d’un euro symbolique ».

Nieuws, Transport Maritime
Roel Jacobus
Dirk De fauw bij de 'Westhinder II'

Le Port d’Anvers Bruges sauve définitivement de la démolition l’ancien bateau-feu ‘Westhinder II’ à Zeebrugge. L’emblème maritime sur le Rederskaai a été repris gratuitement à la demande de MDK et sera rénové à son emplacement habituel.

La menace d’enlever et de démolir le « Westhinder II » est définitivement écartée. Ce patrimoine maritime restera à jamais à sa place habituelle sur le Rederskaai à Zeebrugge. Depuis les années 1990, l’ancien bateau-phare était le point de mire du parc à thème maritime Seafront. Après la fermeture de cette attraction touristique, le sous-marin russe « BX-143 Foxtrot » a déjà disparu en 2019. Celui-ci a été visité par plus de 1,3 million de personnes en 23 ans.

Aujourd’hui, le « Westhinder II », garé à sec sur le Rederskaai, disparaîtrait également de la scène portuaire, car ni la province de Flandre-Occidentale ni la ville de Bruges n’ont voulu prendre en charge le navire. Le sauvetage vient du coin du Port d’Anvers-Bruges. « Parce qu’il est devenu un élément déterminant de l’image du port », explique le vice-président de l’autorité portuaire et bourgmestre Dirk De fauw (CD&V). « Il s’agit de la pierre angulaire du port de plaisance et d’une image de bienvenue maritime pour les centaines de milliers de touristes de croisière qui arrivent à l’ABC Tower via le terminal.

Un trio de vieux fer

Le « Westhinder II » fait partie d’un trio de voiliers belges du patrimoine. Le « Westhinder I » se trouve à Rupelmonde et le « Westhinder III » est en cale sèche à l’Eilandje à Anvers. « Nous ne pouvions pas nous résoudre à mettre au rebut ce patrimoine maritime », explique Nathalie Balcaen, administratrice générale de MDK. « Indépendamment des prix élevés actuels pour le vieux fer, nous sommes heureux que le port d’Anvers-Bruges ait finalement voulu préserver ce patrimoine.

« Nous avons même payé moins que l’euro symbolique habituel », souligne M. De Fauw. « Il y a des coûts à prendre en compte. Le pont supérieur doit être réimperméabilisé et nous enlèverons la clôture qui l’entoure. Cela rendra ensuite le navire accessible au public. Il est possible qu’une nouvelle fonction s’y greffe. »

Cet article a été traduit automatiquement du néerlandais vers le français.